Divorce par consentement mutuel


Pour tout le monde, le divorce, y compris le divorce par consentement mutuel, peut être difficile à bien égards – sur le plan émotionnel, physiquement et financièrement. Une bonne méthode pour guérir une partie de ce stress serait de se débarrasser de l’incertitude concernant la façon dont le divorce est géré et des choses à en attendre. Malgré le fait que certains éléments pourraient différer d’un État à État, il y a des actions en particulier qu’on aura besoin de prendre afin qu’ils puissent accomplir efficacement leur séparation.

Par exemple en Espagne, si la décision par un couple de divorcer est une décision prise mutuellement par les deux conjoints, il est possible de se prévaloir du processus de «divorce express», qui est plus rapide et moins coûteux. Essentiel à la procédure de divorce express est l’accord de divorce. L’accord est un accord de divorce intervenu entre les parties à la procédure de divorce par consentement mutuel et il énumère essentiellement la méthode par laquelle diverses questions potentiellement litigieuses en instance de divorce devraient être résolues.

Questions à poser pour Divorce par consentement mutuel

Dans le processus de divorce d’un certain nombre de questions sont généralement de plus grande importance, par exemple comment la garde de tout enfant doit être résolu ou l’utilisation de la maison familiale. L’accord de divorce établit le cadre de la résolution de tout contentieux après le divorce. Le droit civil permet à un large degré d’autonomie lors de la mise en place de tels accords et la majorité des points contenus dans l’entente peut être convenue entre les parties à tout moment pendant le processus. Les époux peuvent convenir que le montant de tout paiement de pension alimentaire, avec laquelle son conjoint tous les enfants vont rester, l’utilisation de la maison familiale et ainsi de suite.

l’entente pour le divorce par consentement mutuel

Pour un divorce par consentement mutuel, l’entente de divorce est absolument nécessaire et doit être incluse avec la demande de divorce. Alors que le couple qui divorce ait une bonne quantité de liberté quand il s’agit de termes de l’accord, il ne devient exécutoire lorsque le juge, après avoir déterminé la légalité de l’accord, l’inclut dans le jugement. Le juge va remplacer tous les termes non valides ou clauses et rendre ces ajouts jugés nécessaires pour donner effet à la volonté légalement valable entre les parties. Dans le cas de la procédure de divorce contesté où il n’existe aucun accord de divorce, le juge détermine les règles qui régissent les questions entre les parties que les parties peuvent soumettre leurs propositions pour un accord. Les soumissions doivent à tout le moins se référer aux questions suivantes:

1. Qui va bénéficier de l’utilisation de la maison familiale,
2. Qui aura la garde des enfants ou de la question de mariage, y compris le droit de déterminer la manière de l’éducation des enfants, droits de visite, y compris la communication et la nuit,
3. Les droits de visite et de communication des grands-parents, si jugé nécessaire
4. Les contributions financières pour l’entretien des enfants: pour ceux sous l’âge légal de la majorité, ceux âgés de plus de la majorité légale, les frais de scolarité, les vêtements et les frais de logement…
5. Détermination des paiements de pension alimentaire
6. Division des biens communs

L’accord de divorce par consentement mutuel ou, en l’absence d’accord, les mesures adoptées par le tribunal peut être variée à une date ultérieure si les circonstances de l’une des parties le changement. Une telle variation exigerait une pétition à la cour.

Divorce par consentement mutuel

Divorce par consentement mutuel

 

 

Leave a Reply